Comprendre la bactérie E. coli

Les renseignements qui suivent proviennent de la division des maladies d’origine alimentaire, bactérienne et mycosique du Center for Disease Control and Prevention.

Qu’est-ce que l’Escherichia coli?

L’Escherichia coli (E. coli) est un grand groupe de bactéries diversifiées. Bien que la plupart des souches d’E. coli soient inoffensives, certaines peuvent vous rendre malade. Certains types de bactéries E. coli peuvent causer de la diarrhée, tandis que d’autres peuvent causer des infections urinaires, des maladies respiratoires et des pneumonies ainsi que d’autres maladies. Cependant, on utilise aussi certains types de bactéries E. coli comme marqueurs pour la contamination de l’eau. Il est donc possible que vous entendiez parler de bactéries E. coli dans l’eau potable, ce qui indique que l’eau est contaminée même si les bactéries ne sont pas en elles-mêmes dangereuses pour la santé. Il est donc effectivement facile de s’y perdre, même pour les microbiologistes.

Que sont les bactéries E. coli produisant la toxine de Shiga?


Certains types de bactéries E. coli causent une maladie en produisant une toxine appelée toxine de Shiga. On dit alors que ce sont des bactéries E. coli « produisant des toxines de Shiga » ou STEC. Vous pourriez en avoir entendu parler sous le nom de E. coli vérocytotoxique (VTEC) ou de E. coli entérohémorragique (EHEC); ces dénominations désignent généralement le même groupe de bactéries. La bactérie E. coli produisant des toxines de Shiga la plus couramment identifiée en Amérique du Nord est la bactérie E. coli O157:H7 (souvent E. coli O157 ou même simplement O157). Lorsque vous entendez parler d’une éclosion d’infections bactériennes E. coli, il est habituellement question de la bactérie E. coli O157.

En plus de cette dernière, de nombreux autres types (appelés sérogroupes) de bactérie produisant des toxines de Shiga entraînent des maladies. On nomme parfois ces autres types « STEC non O157 ». Les sérogroupes de bactéries E. coli O26, O111 et O103 sont les sérogroupes non O157 qui causent le plus souvent des maladies aux États-Unis.

Quelles sont les différences entre la bactérie E. coli O157 et les autres STEC?

La majeure partie de nos connaissances au sujet de STEC nous provient d’enquêtes et d’études sur l’infection bactérienne E. coli O157, qui a été identifiée comme pathogène en 1982. On ne comprend pas aussi bien les bactéries STEC non O157, en partie parce qu’on identifie rarement des éclosions où elles sont en cause. Dans l’ensemble, il est moins probable que les sérogroupes non O157 entraînent des maladies graves comparativement à la bactérie E. coli O157; cependant, les sérogroupes de STEC non O157 peuvent causer les manifestations les plus graves de maladies.

Qui peut être infecté par les bactéries STEC?

Ces bactéries peuvent contaminer les gens de tout âge. Les enfants très jeunes et les aînés sont plus à risque de développer des maladies graves et le syndrome hémolytique et urémique que le reste de la population, mais même les enfants plus grands et les jeunes adultes peuvent tomber gravement malades.

Quels sont les symptômes des infections bactériennes STEC?

Les symptômes des infections bactériennes STEC varient de personne à l’autre, mais comprennent fréquemment des douleurs intestinales intenses, de la diarrhée (souvent sanglante) et des vomissements. S’il y a présence de fièvre, elle n’est généralement pas très élevée (moins de 101 °F/38,5 °C). La plupart des gens se sentent mieux après 5 à 7 jours. Certaines infections sont très légères, mais d’autres sont très graves et peuvent même mettre la vie des personnes infectées en danger.

Quelles sont les complications des infections bactériennes STEC?

Environ 5 à 10 % des patients recevant un diagnostic d’infection bactérienne STEC développent une complication potentiellement mortelle nommée syndrome hémolytique et urémique. Une miction moins fréquente, une sensation de grande fatigue et la perte du rose aux joues et à l’intérieur des paupières inférieures sont des indices qu’une personne développe un syndrome hémolytique et urémique. Les personnes atteintes doivent être hospitalisées parce que leurs reins pourraient cesser de fonctionner et qu’elles deviennent ainsi susceptibles de développer d’autres problèmes graves. La plupart des personnes atteintes du syndrome hémolytique et urémique se rétablissent en quelques semaines, mais certaines subissent des dommages permanents ou en meurent.

Combien de temps après l’exposition les symptômes apparaissent-ils?

On nomme « incubation » la période entre l’ingestion de la bactérie STEC et l’apparition des symptômes. La période d’incubation est généralement de 3 ou 4 jours après l’exposition, mais peut être aussi courte qu’une journée ou aussi longue que 10 jours. Les symptômes se manifestent souvent lentement, en commençant par de légers maux de ventre ou de la diarrhée non sanglante, et s’aggravent dans les jours qui suivent. Le syndrome hémolytique et urémique, lorsqu’il se produit, se développe en moyenne 7 jours après l’apparition des premiers symptômes, lorsque la diarrhée diminue.

D’où proviennent les bactéries STEC?

Les bactéries STEC vivent dans les entrailles des ruminants, comme le bétail, les chèvres, les moutons, les cerfs et les élans. La principale source pour les maladies touchant l’humain est le bétail. Les bactéries STEC qui causent les maladies chez l’humain ne rendent généralement pas les animaux malades. D’autres types d’animaux, comme les porcs et les oiseaux, contractent parfois des bactéries STEC par leur environnement et peuvent ensuite les propager.

Comment ces infections se répandent-elles?

Les infections commencent lorsque vous ingérez des bactéries STEC ou, en d’autres mots, lorsque des quantités minuscules (généralement invisibles) d’excréments humains ou animaux se retrouvent dans votre bouche. Malheureusement, cela se produit plus souvent que l’on ne le souhaiterait. Parmi les expositions qui entraînent la maladie, on compte la consommation de nourriture contaminée, la consommation de lait non pasteurisé (cru), la consommation d’eau non traitée, le contact avec le bétail ou le contact avec les selles d’une personne infectée. On considère que certains aliments présentent un risque si élevé d’infection bactérienne E. coli O157 ou d’autres germes que les services de santé recommandent de les éviter complètement. Parmi ces aliments, on compte le lait non pasteurisé (cru), le cidre de pomme non pasteurisé et les fromages à pâte molle à base de lait cru. Le contact est parfois assez évident (travailler avec des vaches sur une ferme laitière ou changer des couches, par exemple), mais il ne l’est pas toujours (manger un hamburger manquant de cuisson ou une feuille de laitue contaminée). Des personnes ont été infectées en avalant de l’eau en nageant dans un lac, d’autres en touchant une surface contaminée dans un zoo ou dans une exposition avec des animaux ou encore en consommant de la nourriture préparée par des personnes qui n’ont pas bien lavé leurs mains après être allées aux toilettes. Presque tout le monde court un risque d’infection.

Quelle est la prévalence des infections bactériennes STEC?

Les experts croient qu’il existerait environ 70 000 cas d’infections bactériennes E. coli O157 chaque année aux États-Unis. On ne peut qu’estimer le nombre de cas, puisque nous savons que de nombreuses personnes infectées ne consultent pas de médecin ou ne soumettent pas de spécimen de selles pour les tests et que de nombreux laboratoires n’effectuent pas de test pour la bactérie STEC. Nous croyons qu’un nombre similaire de personnes souffrent de diarrhée causée par des bactéries STEC non O157. De nombreux laboratoires n’identifient pas les infections bactériennes non O157 parce qu’elles requièrent plus de travail que l’identification de la bactérie E. coli O157.

Comment diagnostiquer les infections bactériennes STEC?

On diagnostique généralement les infections bactériennes STEC en testant des échantillons de selles (excréments). L’identification de la souche précise de bactérie STEC en cause est très importante pour la santé publique, par exemple pour prévenir les éclosions. La plupart des laboratoires peuvent détecter la présence de bactéries STEC et identifier la bactérie E. coli O157. Pour déterminer le groupe O des bactéries STEC non O157, les souches doivent être analysées dans un laboratoire de la santé publique.

Combien de temps une personne infectée peut-elle être porteuse des bactéries STEC?

Les bactéries STEC disparaissent généralement des selles avant la résolution de la maladie, mais on peut tout de même les propager jusqu’à quelques semaines après la disparition des symptômes. Les jeunes enfants ont tendance à être porteurs de bactéries STEC plus longtemps que les adultes. Certaines personnes propagent ces bactéries jusqu’à plusieurs mois. Pour contrôler la propagation des bactéries, il est toujours bon de se laver les mains correctement pour vous protéger, protéger vos collègues de travail ainsi que les personnes qui vous entourent.

Quel est le meilleur traitement pour les infections bactériennes STEC?

Il est important de suivre un traitement de soutien non spécifique comprenant une bonne hydratation. On ne devrait pas utiliser d’antibiotiques pour traiter cette infection. Il n’existe aucune preuve que les antibiotiques aident à combattre la bactérie; ils peuvent par contre augmenter le risque de syndrome hémolytique et urémique. Les agents antidiarrhéiques, comme Imodium®, peuvent également augmenter ce risque.

Doit-on empêcher une personne infectée de se présenter au travail ou à l’école?

Les politiques d’exclusion de l’école ou du travail varient selon les lois locales. Consultez le ministère de la Santé provincial ou fédéral pour en savoir davantage sur les lois de votre région. Dans tous les cas, un bon lavage des mains après avoir changé des couches ou utilisé la toilette, et avant de préparer de la nourriture est essentiel pour prévenir la propagation de cette bactérie ainsi que de nombreuses autres infections.

Comment peut-on prévenir une infection bactérienne STEC?

  • LAVEZ VOS MAINS minutieusement après avoir changé des couches ou utilisé la toilette et avant de préparer ou de consommer de la nourriture.
  • LAVEZ VOS MAINS après un contact avec des animaux ou leur environnement (sur la ferme, dans un zoo et même dans votre propre cour).
  • Faites BIEN cuire la viande. Le bœuf haché et la viande attendrie avec des aiguilles doivent être cuits à une température d’au moins 70 °C (160 °F). Il est préférable d’utiliser un thermomètre, puisque la couleur ne constitue pas un indicateur très fiable d’une viande cuite à point.
  • ÉVITEZ le lait cru, les produits laitiers non pasteurisés et les jus non pasteurisés (comme le cidre de pomme frais).
  • ÉVITEZ d’avaler de l’eau en nageant ou en jouant dans un lac, un étang, un ruisseau, une piscine ou une piscine pour enfants.
  • PRÉVENEZ la contamination croisée dans les zones de préparation de nourriture en lavant minutieusement vos mains, les comptoirs, les planches à découper et les ustensiles après un contact avec de la viande crue.