Le nettoyage en période de récession

Les décideurs de l’industrie du nettoyage professionnel ont optimisé l’efficacité d’ensemble des procédures, y compris tirer le maximum de leurs employés et des produits qu’ils achètent. L’importance de la sélection des produits a été particulièrement remarquée, 22 % des répondants ont souligné que « les produits qui permettent de bien accomplir la tâche du premier coup » étaient les plus utiles pour exécuter les services de nettoyage. Les résultats ont également mis en lumière ce qui suit:

« Le nettoyage en période de récession »
Fiche descriptive du sondage mené en 2010

Procter & Gamble Professional®, la division des produits hors foyer de Procter & Gamble, a interrogé les professionnels de l’industrie du nettoyage professionnel y compris les décideurs en entreprise et les entreprises de services de nettoyage. Parmi ceux-ci, notons le secteur des soins de santé, de l’éducation, du commerce de détail et du secteur hôtelier, afin d’évaluer leur réaction et leur adaptation aux récentes conditions économiques.

Voici les éléments marquants du sondage « Le nettoyage en période de récession », mené du 11 au 21 décembre 2009. Le sondage présente un niveau de confiance de plus ou moins 5,6 %.

Adaptation à la récession économique
Le déclin économique de la dernière année, jumelé à l’éclosion de la grippe H1N1, a forcé les professionnels de nettoyage à réévaluer leurs opérations. Selon les résultats du sondage, 85 % des répondants ont adopté une approche visant à faire davantage avec moins afin de s’adapter aux conditions économiques actuelles. Parmi les autres résultats:

  • Soixante-dix pour cent des décideurs interrogés disent subir des pressions de leurs supérieurs pour maintenir les frais d’exploitation au minimum au cours des six derniers mois.
  • Pour répondre à ces demandes, près de neuf répondants sur dix (85 %) ont fait des compressions, dont des réductions d’employés, de fournitures et d’inventaires.
  • Plusieurs gestionnaires ont été forcés de rationaliser l’exploitation. Quelque 67 % croient que ces compressions sont nécessaires, qu’ils n’ont pas le choix de procéder ainsi.
  • Quatre-vingt-cinq pour cent des répondants qui ont fait davantage avec moins ont eu à accomplir la même quantité de travail avec moins d’employés, exigeant davantage de leurs employés et recherchant une meilleure efficacité en matière de nettoyage.
  • Même si les compressions n’ont pas rendu les choses faciles, 97 % des décideurs sondés croient qu’ils ont pu réduire effectivement les dépenses tout en réussissant à satisfaire les demandes de leurs clients.
  • Plus de neuf décideurs sur dix (91 %) qui ont adopté une approche visant à faire davantage avec moins disent qu’ils sont prêts à continuer avec cette approche même après la reprise économique.
  •  

Obtenir un travail bien fait